Les assises

05/10 – 11h45 Conférence d’ouverture ANSSI

Publié le par John PARZYS - mis à jour le - Evènements

"Confiance ou défiance numérique : l’heure du choix"
Guillaume POUPARD, Directeur Général de l'ANSSI, Thierry DELVILLE, délégué aux industries de sécurité et délégué par intérim à la lutte contre les cybermenaces et Patrice CELLARIO Conseiller de Gouvernement, Ministre de l'Intérieur du Gouvernement Princier

Compte-Rendu de la conférence d'ouverture

Guillaume Poupard, Thierry Delville : une conférence d’ouverture sous le signe de l’action 

Le directeur Général de l’ANSSI et le  Délégué ministériel aux industries de sécurité ont inauguré la 16ème édition des Assises de la Sécurité. L’occasion de faire le point sur le travail mené ces dernières années par leur administration et de présenter les plans d’action à venir. 

Guillaume Poupard dont c’était la troisième intervention aux Assises de la Sécurité en tant que Directeur Général de l’ANSSI a tenu comme à son habitude un discours résolu et pragmatique rappelant que la sécurité des systèmes d’information était un défi pour tous car « nous sommes tous engagés dans la transition numérique ». La prise de conscience générale est urgente, Guillaume Poupard n’hésitant pas d’ailleurs à se comparer à un médecin urgentiste qui voit de plus en plus de blessés : « Beaucoup survivent mais pas tous notamment parmi les PME. Quoiqu’il en soit nous avons le devoir de protéger les inconscients ». Après ce constat, le dirigeant de l’ANSSI est revenu sur les travaux accomplis par l’Agence ces derniers mois et les tâches à venir. Une démarche en trois points. D’abord le travail mené avec les OIV dans le cadre de la Loi de Programmation Militaire « Nous finissons la phase de Build, il faut désormais passer en phase de Run. Mais cela nécessite des produits et des prestataires de service capables d’apporter des offres de confiance . Nous sommes en bonne voie avec déjà 20 PASSI (Prestataires d’audit de la sécurité des Systèmes d’information) qualifiés et 14 autres en cours de qualification ». Deuxième axe de travail prioritaire : la construction d’une industrie de la cybersécurité européenne qui passe par « une même logique réglementaire afin notamment d’éviter les distorsions de concurrence ». La directive NIS et le travail réalisé par l’ENISA (Agence Européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information) vont dans ce sens.

Enfin, Guillaume Poupard a appelé à l’ouverture vers les industriels européens et la société civile car la « cybersécurité ne peut se contenter d’un cénacle d’experts. C’est dans notre intérêt de faire monter le pays en compétence ».
Des propos corroborés par ceux de Thierry Delville, qui a profité de sa double casquette (Délégué ministériel aux industries de sécurité et délégué par intérim à la lutte contre les cybermenaces) pour rappeler l’importance de la coopération : entre les acteurs publics et privés , au niveau international mais aussi entre le monde de la sécurité et celui de la SSI. « Alors que la surface d’attaque ne cesse de s’étendre surtout avec le développement des objets connectés et que la complexité juridique se renforce, il n’est pas possible d’aborder ces questions sans partenariat entre SSI et Sécurité ».

Guillaume Poupard est ancien élève de l’Ecole Polytechnique, promotion X92.

Ingénieur de l’armement en option recherche, il est titulaire d’une thèse de doctorat en cryptographie réalisée sous la direction de Jacques Stern à l’Ecole Normale Supérieure de Paris et soutenue en 2000. Il est également diplômé de l’enseignement supérieur en psychologie.

Il débute sa carrière comme expert puis chef du laboratoire de cryptographie de la Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d’Information (DCSSI). Cette direction sera transformée en 2009 pour devenir l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI). Il rejoint en 2006 le Ministère de la défense, toujours dans le domaine de la cryptographie gouvernementale puis de la cyberdéfense.

Depuis novembre 2010, il est responsable du pôle « sécurité des systèmes d’information » au sein de la direction technique de la Direction Générale de l’Armement (DGA), responsable de l’expertise et de la politique technique dans le domaine de la cybersécurité. Le 27 mars 2014, il est nommé directeur général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information. 

Thierry DELVILLE est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Police (ENSP) de Lyon en 1994 et de la FBI National Academy (37th session of the National Executive Institute) du FBI en 2014.

Après avoir été chef de Circonscriptions dans le Val d’Oise et en Seine Saint Denis jusqu’en 1998, il devient adjoint puis chef du bureau des systèmes d’informations et des télécommunications à la direction centrale de la Sécurité Publique (DCSP).

En 2005, Thierry DELVILLE est chargé de créer le Service des Technologies de la Sécurité Intérieure (STSI). Il contribue à ce titre à la mise en place de partenariats et à développer l’implication de la Police Nationale dans la Recherche en sécurité.

En 2009, il devient Directeur des services techniques et logistiques de la Préfecture de Police de Paris.

Depuis 2014, Thierry DELVILLE est Délégué ministériel aux industries de sécurité et délégué par intérim à la lutte contre les cybermenaces.